Cette nuit, la lune rousse

 

Champagne !

Cette nuit, nous ferons de l’ombre à la Lune. Nous viendrons nous interposer entre elle et le Soleil, notre étoile.

Et si nous pouvions voir sous terre, à travers le noyau central, et si nous pouvions voir les planètes dans le ciel, au-dessus de notre tête et sous nos pieds, voici ce que nous verrions :

 

 

 

carte du ciel de la Pleine Lune du 28 septembre 2015

placez-vous au centre de ce mandala, avec à votre gauche l'Est, à votre droite l'Ouest, au fond de la terre ou derrière vous le Nord (en bas) et dans la direction de l'Etoile au-dessus de votre front le Sud (en haut)
source Les lettres de lunaison, n° 127

En astrologie humaniste, le degré occupé par une planète ou une étoile est un symbole que Dane Rudhyar a travaillé, visualisé, transmis. Ce sont les symboles Sabian (cf la Liste des Livres pour la référence).

Voici les symboles Sabian des deux degrés opposés, occupés par le Soleil et la Lune lors de cette Pleine Lune Balance/Bélier qui prend son origine dans la Nouvelle Lune initiée en Vierge le 13 septembre. Le temps de la réunion, de la rencontre eut lieu sur le 21e degré du signe de la Vierge, Terre réceptive et mutable. Cette nuit, l’éclairage maximum de la Pleine Lune se produira quant à lui dans un axe Air/Feu, émetteur et cardinal, tourné vers la mise en mouvement, l’initiation au sens de ‘lancement’, de ‘démarrage’. Mais il sera, vers 4h30 du matin demain, sous le voile exceptionnel d’une lune de sang : alignés nous serons, au Soleil et à la Lune, tous les trois, tellement bien alignés que nous en ferons de l’ombre à la Lune, dans la limite de la matrice qu’elle dessine pour nous. Elle matérialisera cette ombre que nous baladons à l’infini dans l’espace-temps sans jamais la voir. Cette nuit, nous verrons notre propre ombre dans l’Univers…

 

madrugada-127-PL-150928-symboles-sabian

Intuitions, images, pensées, hypothèses qui me viennent au coeur et à l’esprit ?

Quand je regarde ce Ciel, la première intuition qui m’est venue, avant que je ne commence à écrire ces lignes, c’est le mouvement profond et dissolvant que doivent vivre mes contemporains, les personnes qui ont 50 ans au cours des années présentes, un peu avant, un peu après, et qui comme moi sont nées dans les années 1962-1968 (je vais préciser les dates plus tard, si j’y arrive… il est tard et je devrais déjà dormir pour être en forme demain matin…!). Cette génération est née « sous le signe » de la conjonction Uranus-Pluton en Vierge en 1965-66 et de Neptune en Scorpion (génération 1956-1970). En 1964, Saturne est entré en Poissons – signe opposé à la Vierge – et, pendant la 1ère moitié de son passage dans ce signe qui dure entre 2 et 3 ans, il a fait opposition à cette conjonction qui eut lieu sur les 17e et 18e degrés de la Vierge.

Saturne est la dernière* planète visible à l’oeil nu.

C’est notre limite, c’est notre peau et notre squelette, c’est notre structure connue. Au-delà de Saturne orbitent dans l’ombre Uranus, Neptune et Pluton, dans des atmosphères étranges et éloignées. Elles symbolisent autant l’inconnu que l’infini, la toute-puissance de l’inconscient. Contrairement aux planètes qui les précèdent dans le système solaire, (de Mercure à Saturne), elles nous ‘tournent autour’ bien plus lentement : Uranus met une vie (84 ans) alors que Neptune double ce chiffre et Pluton le triple … Ainsi tous mes contemporains nés entre 1964 et 1966 ont, de manière plus ou moins aiguë, cette tension ‘de base’.

Et voilà-t-y pas que Neptune actuellement vient visiter ce Saturne natal, il vient dissoudre le carcan, il vient rouiller l’armure, en inondant de son eau pas toujours limpide (Scorpion) l’être soumis à un conditionnement auquel, il le sait, il n’a jamais cru. Et tout y passe !! La vie de couple, la vie familiale, ascendante et descendante, le rapport à soi, le rapport au monde, l’être au monde, l’être au ciel, le pote en ciel aussi ! Une véritable tempête sur un cargo qui craque …
allez, on se la remet un coup, mais cette fois dans une animation superbe réalisée par une classe d’étudiants. GÉNIAL !


* Saturne est la dernière planète visible à l’oeil nu, au sens de la distance d’éloignement par rapport au Soleil. Au-delà de Saturne figurent les transpersonnelles, les trans-saturniennes : Uranus, Neptune et Pluton. Pourtant, ces 3 planètes ne sont pas les seules invisibles à l’oeil nu. Une autre planète, entre le Soleil et Saturne, ne peut être vue à l’oeil nu, savez-vous de laquelle il s’agit ? A vos commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *