Saturne

… le Maître ~ le Gardien ~ le Père …

Saturne-avec-texte


(LiVre 74)

  • notre aptitude à nous construire et à nous structurer en renonçant à ce qui est superflu ou dépassé
  • notre sens des responsabilités et du devoir
  • notre aptitude à respecter les contraintes sociales et à nous comporter en adultes autonomes et responsables
  • notre aptitude à aller directement à l’essentiel

 

Sources

 

# Faire sa place en société, accéder à un statut social
# Définir son identité et la consolider dans la réalité

  • Structurer et se structurer
  • Limiter et se limiter
  • Autoriser et s’autoriser
  • Être son propre maître
  • Découvrir son intégrité, son authenticité
  • Assumer
  • Définir et se définir
  • Réaliser concrètement, incarner
  • « Couper » avec et se couper de

 

  • Dans le thème, Saturne constitue une partie de l’image que l’on a, parfois, de son père (mêlée à celle constituée par le SoLeil).
    Tout comme le « modèle » du père permet de prendre de la distance par rapport au « modèle » de la mère, lequel est premier, Saturne est ce qui permet une mise à distance ou une coupure de certains modèles lunaires, pour leur exploitation sur des plans non dépendants.
    Cette « image-père » saturnienne peut être reportée sur toute institution ou tout personnage qui exerce sur soi une forme d’autorité.
  • Par son signe, SatuRne indique la manière dont un individu peut et veut se faire reconnaître par la société, c’est-à-dire la façon dont il cherche à se faire une place dans cette société. Le signe de SatuRne renseigne également sur la façon dont l’individu peut se construire une identité différenciée et authentique. La maison où se trouve SatuRne nous montre le contexte ou le domaine dans lequel cet individu trouve sa place (même si la manière dont il s’y prend, c’est-à-dire le signe, influe également sur ce domaine).

Les personnages saturniens : un Maître – un Gardien – un Père

Ces trois personnages ont plusieurs facettes, comme c’est le cas de SatuRne. Le Maître est entièrement établi dans son domaine : il le maîtrise, se sent incontesté et règne avec autorité. C’est bien un des rôles de SatuRne que de nous rendre « maître » du domaine extérieur social qui nous correspond en nous donnant une place, ainsi que de notre domaine intérieur, en nous donnant la capacité d’y délimiter une identité différenciée. C’est en cela un initiateur. Mais il va nous faire beaucoup travailler pour cela : dégager son authenticité est un long travail.

La position de SatuRne indique l’expérience pour laquelle nous pouvons avoir tendance à chercher des maîtres (maison), et quel genre de maître (signe). Mais il existe deux sortes de maîtres : celui qui freine et celui qui pousse. Ainsi, la position du maître désigne l’endroit où l’on aura tendance à se sentir empêché, en même temps que celui où aura finalement lieu le rite de passage décrit symboliquement dans la petite histoire (ici l’auteur fait référence à sa présentation imagée de SatuRne).

Le Gardien, lui, défend quelque chose : notre intégrité, pour commencer. Il est le système de défense saturnien de chaque individu. Là où il se trouve, l’individu entend bien défendre ce qu’il est : il ne s’y laisse pas mener par le bout du nez. Il veut contrôler la situation à cet endroit. Mais le Gardien peut aussi être un personnage pris dans la peur : on ne s’ouvre pas forcément là où il se trouve, par peur d’être vulnérable. Le Gardien fait barrage a ce qui voudrait vous soumettre ou vous influencer si tout va bien, mais aussi à ce qui voudrait sortir de vous si vous avez peur.

Quant au Père, on l’aura reconnu dans les deux personnages précédents : il est l’autorité. C’est aussi lui qui vous apprend à vous différencier dans le monde. Le père conjugue les visages du maître, du gardien et du censeur.

Le Maître en nous

  • Quel genre de Maître ? Le signe de SatuRne nous renseigne sur le type de Maître qui nous habite.
  • Quelle est son attitude ?
  • En quoi fait-il autorité ?
    Le maître nous donne des règles, des structures, une discipline. Il évalue notre niveau et par là, nous ramène régulièrement à la réalité.
  • Quel genre de règles ?
  • Quelle dimension de la réalité ?
  • Quel type de discipline ?

La maison nous informe sur le domaine de spécialité du Maître, c’est-à-dire là où il a bâti quelque chose de solide, structuré, pour y asseoir une forme d’autorité.

Le Gardien en nous

Le Gardien garde un temple. C’est lui qui l’a construit, c’est son joyau. C’est un monument élevé à la mémoire d’une tradition.

  • Quelle tradition ? Le signe.
  • De quel système de défense se sert le Gardien pour protéger ce temple ? Le signe de SatuRne.
  • On peut également imaginer qu’il y a dans ce temple quelque chose qui ne doit pas sortir : de quoi s’agit-il ?
  • La maison du Gardien : dans quel domaine a-t-il construit son temple ?
    Ou bien, s’il est dans la peur, quel est le domaine de vie dont il protège le temple ?

Le Père en nous

Saturne en signe et en maison ressemble parfois étrangement à l’image que nous nous faisons de ce qui nous a tenu lieu de père, puis de tous les « pères » symboliques que nous avons rencontrés par la suite. De nos pairs aussi. Du père dynamique, fouettard, au père fantôme, le signe et la maison de SatuRne peuvent souvent nous permettre de reconstituer cette image.

Ces notes sont extraites du LiVre 59 de Raphaël IBANEZ, Cours d’interprétation – Mise en scène du thème natal, Ed. du Rocher, 1997


(Liz Greene, LiVre 2) – Le pouvoir des émotions grandit au fur et à mesure que nous les réprimons et les reléguons dans l’inconscient.
L’énergie psychique est semblable à l’énergie physique dans le sens où elle ne peut être détruite. Si son canal d’expression habituellement utilisé est bloqué, l’énergie va en emprunter un autre. Un tel blocage au niveau de la nature émotionnelle est symbolisé par Saturne en signe d’Eau ou dans une maison associée. (…)

Avec Saturne, les choses ne sont jamais telles qu’elles apparaissent et là où se trouve la lu-mière, il y a aussi l’ombre. (…)

(Liz Greene, LiVre 2 cité dans LiVre 66 p. 16) ~ Saturne symbolise le périmètre extérieur de la structure de l’ego personnel, le séparant du monde transpersonnel des « énergies de la psyché collective » (référence aux transsaturniennes)


(Astrologie Libre, Gérard Sorée) – Saturne natal structure en occultant et Saturne en transit révèle en désoccultant, en nous faisant travailler.

Comme le principe photographique. Saturne natal est la pellicule photographique, le négatif. Il est tout noir. Saturne en transit est le processus de développement de ce négatif, dans le labo photo. On fait un positif via le processus de développement (agrandisseur, révélateur, fixateur). L’alchimie de tout le processus Saturne natal/transit (négatif/positif) fait du négatif une super photo en positif. En principe, si on est bon alchimiste photographe.


!… le moi-peau …

La peau de l’être humain est au corps ce que le moi est au psychisme.


(Ch. Drouaillet, LiVre 76)

!… au niveau biologique …

la PEAU / fonction de protection et fonction de rejet (filtrer, trier, rejeter)

Saturne est un « faux froid » ou un vrai sensible qui en fait contient à l’intérieur de lui-même toute manifestation extérieure intempestive. Le besoin de la fonction saturnienne est à ce niveau de contenir sans emprisonner. (…) Différence fondamentale entre « contenir » et « emprisonner ». La peau contient sans jamais générer (au niveau physique) de sensation d’étroitesse. Elle s’adapte aux mouvements des muscles qu’elle contient. C’est là le rapport idéal entre la fonction MaRs et la fonction SatuRne, ainsi qu’entre la fonction MerCure et la fonction SatuRne.

le SQUELETTE dont la fonction est de structurer et de soutenir le corps et ses organes. Besoin : structurer tout en permettant les mouvements.

Dans son rapport à la fonction JupiTer d’expansion et d’assimilation, la fonction SatuRne symbolise la contraction et la limitation de l’expansion pour qu’elle puisse être contenue.
Besoin : établir un équilibre dynamique entre ces deux mouvements expansion/limitation.

!… au niveau social et culturel …

l’ordre légal des lois et de leur application

Le besoin de cadre limitant propre à la fonction saturnienne se manifeste dans le besoin de respecter les lois et les usages. Les aspects de Saturne aux autres planètes pourront montrer comment la place d’une personne a été définie au sein de la famille et comment cette place et la façon dont elle a été proposée ou imposée conditionnent fortement la façon dont la personne trouvera sa place au sein du groupe social à travers sa profession et sa fonction.

la PEAU établit au niveau biologique une limite entre intérieur et extérieur. C’est le rôle de l’IDENTITE au niveau social. Besoin de différenciation.

Besoin de sécurité et de stabilité. Tendance plus que généralisée à se maintenir dans le domaine du « connu » : la fonction saturnienne induit la « reproduction », le maintien du connu.

Le processus de maintien dans le cadre défini par les lois sociales et les coutumes de la culture est entièrement nourri par le « sentiment de culpabilité » en cas de transgression des lois et l’idée en ce cas d’une nécessité de châtiment. (…) La force collective de cette culpabilité est extrêmement importante et « ancrée » dans l’inconscient. Le besoin de la fonction saturnienne est alors de différencier culpabilité et responsabilité mais aussi d’introduire la notion de pardon des fautes commises lorsque celui qui les a perpétrées en prend la responsabilité.

Exemple : « griller » un feu rouge en panne –> Ne pas respecter le feu rouge sera sa réponse (responsabilité) face à la situation. (…) Cet exemple nous montre comment la loi peut être intégrée (responsabilité) ou seulement appliquée par peur et par conformisme à la norme (culpabilité).

  • les AsPects ou relations existant entre SatuRne et les autres PlanEtes peuvent nous renseigner sur le degré de soumission aux principes et aux lois de la famille et du groupe social.
  • les PlanEtes situées dans les « 180° croissants » depuis la position natale de SatuRne seront potentiellement sous la férule de la fonction saturnienne. Si cette fonction est intégrée, ce sera certainement un gage d’intégration possible pour les autres fonctions. Si elle n’est pas intégrée mais soumise à une autorité extérieure, les autres fonctions seront le plus souvent également soumises à cette autorité extérieure.

Au niveau social, ce qui permet à une personne de se différencier des autres membres du groupe peut aussi contribuer à lui faire ressentir un sentiment d’ISOLEMENT plus ou moins grand. (…) Lorsqu’il y a isolement, le malaise qui en résulte est souvent le moyen de prendre conscience des besoins de la fonction saturnienne au niveau psychologique et individuel.

!… au niveau psychologique et individuel …

Les besoins de ce niveau émergent le plus souvent à partir du CarRe décroissant de Saturne à lui-même (21 ans env.) et parfois seulement lors de son retour (entre 29 et 30 ans). Ils peuvent être sous-jacent à l’adolescence (opposition de Saturne à lui-même, 14 ans env.).

Alors la fonction saturnienne symbolise l’ensemble de la personnalité structurée par son histoire de vie et animés par des imagos parentales. Cette personnalité (l’ego pour Jung – Saturne n’est pas l’ego, mais sa structure) peut être intégrée ou non.

Lorsqu’elle n’est pas intégrée, elle est vécue dans la soumission infantile à des fonctions parentales projetées (sur les parents géniteurs ou sur tout autre figure d’autorité). Plusieurs besoins se manifestent alors, réunissant souvent deux facteurs : la culpabilité et l’insatisfaction (être mal dans sa PEAU).

La PEAU est depuis toujours un symbole de l’âme. Ainsi, dès l’enfance mais aussi dans l’âge adulte, tout « problème » de peau est bien souvent lié à un « contact », une « reliance » à l’âme qui ne peut se faire pleinement ou une problématique du passé (karma) qui pèse sur l’évolution de la personnalité tant qu’il n’est pas résolu.

  • la loi ONTOLOGIQUE de Saturne – la loi de la reproduction, de la répétition et d’un éternel retour – opère tant que la conscience ne vient pas rendre fluide l’expérience. Toute situation qui n’est pas intégrée consciemment est reproduite et le plus souvent PROJETÉE sur la réalité.

Le besoin de la fonction saturnienne est d’apprendre la signification des émotions qui ont toutes une fonction particulière. Ensuite seulement, la structure peut contenir (canaliser) le ressenti émotionnel et l’utiliser consciemment pour ce qu’il est.

  • l’émotion favorite de la fonction saturnienne est la PEUR. Lorsqu’une émotion se présente, SatuRne tend à la transformer en peur et donc à masquer l’émotion véritable. Il y a avec SatuRne deux sortes de PEUR : la peur qui perd et la peur qui « père » !
  • l’image PÈRE. Le besoin au niveau individuel de construire un véritable père intérieur, sans référence négative au père géniteur.

SatuRne est en rapport avec le surmoi de Freud. Mais cette notion est utilement complétée par l’archétype de l’Ombre dont l’intégration est définie (Jung) comme une étape fondamentale du processus d’individuation. Cf. description du processus dans le texte.

l’OMBRE

L’Ombre, pas plus que l’ego, n’est symbolisée seulement par SatuRne. Chaque fonction planétaire, comme tout ce qui vit ou existe, contient sa propre ombre. Mais Saturne cristallise ces ombres dans une structure.

Le type d’ombre propre à SatuRne peut être repéré sur la base du SiGnes, de la position en MaiSons et des AsPects formés par Saturne.

!… Questions à se poser face à Saturne dans un thème : …

  • de quoi a peur le SiGne dans lequel se trouve SatuRne ? –> ombre destructrice
  • quelles sont les significations les plus positives de cette énergie ? –> ombre constructive
le besoin de VIGILANCE

!… au niveau transpersonnel …

A ce niveau, Saturne devient agent du changement, canal d’une conscience au service de l’humain en soi et non au service de l’ego.

Gandhi :  »On n’est jamais plus libre que lorsque l’on a choisi sa prison et qu’on en détient la clé. »


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *